Le concept du Brunch nous vient tout droit du Royaume-Uni. Vous l’aurez surement deviné, le mot brunch est créé d’un amalgame lexical qui réunit deux notions. Celle de Breakfast (petit-déjeuner) et lunch (déjeuner). Il est consommé entre l’heure du petit-déjeuner et celle du déjeuner. Il est beaucoup plus copieux qu’un petit-déjeuner classique et plus sucré qu’un déjeuner. Mais à qui est venue l’idée d’un jour compromettre des traditions aussi ancrées que celle des heures de déjeuner ?

Le Brunch, inspiré directement d’une gueule de bois ?

Revenons en 1985, en Angleterre. Guy Beringer, un écrivain local, propose en guise d’essai une œuvre nommée « Brunch : A Plea » à traduire « Plaidoyer du Brunch ». Fêtard à ces heures, l’écrivain invite à commencer son lendemain de fête en douceur. Il avance ainsi que les fêtards du samedi soir ne doivent jamais commencer leur journée en se remplissant le ventre de plats carnés lourds alors qu’ils viennent de se réveiller ! Au lieu de cela, il préconise de renoncer au petit-déjeuner et de se nourrir d’un repas hybride à midi. Il y voyait aussi une manière de prolonger la fête en partageant un repas et les histoires de la soirée avec ses amis. C’est aussi pour cette raison que le brunch bénéficie d’une image plutôt conviviale, décontractée et gaie !

…Ou est-ce l’aristocratie qui a inventé le brunch ?

Une autre histoire raconte que le brunch a été imaginé à la fin du XIXè par les classes supérieures britanniques. À cette époque le dimanche était le jour de repos des domestiques. Ils leurs demandaient donc avant de quitter leur poste de préparer un buffet qui pouvait être consommé le long de la journée. Un brunch typique associe ainsi des mets sucrés tels que des crêpes, du pain perdu ou des gaufres à des plats sucrés à base d’œuf, de bacon et autres charcuteries.

A Nantes, la Vache Nantaise sert son brunch tous les dimanches à 11H30, avec chaque semaine une nouvelle version de ce déjeuner hybride!